Chute mortelle dans la Main Courante - suite[Retour]

L’équipage de Dragon, l’Alouette III de permanence, arrive rapidement sur les lieux avec deux secouristes, Fred et Pierre-Yves et un médecin, Laurence. Le temps se dégrade rapidement : des nuages se massent dans les combes et le vent est glacial. Après une rapide évaluation des conditions aérologiques, l’équipage de Dragon décide de déposer un seul secouriste sur les lieux, après avoir débarqué le reste de l’équipage en contre-bas, de façon à alléger au maximum l’appareil.

Dans son fracas habituel et après un bref appel radio, Dragon revient chercher le médecin. En vol, Manu fait signe à Laurence que notre jeune victime est en arrêt cardiaque et qu’il ne prendra pas le temps de treuiller. L’appui-patin sera impossible étant donnée la pente, et il faudra donc sauter. Sur zone, Dragon se positionne en vol stationnaire, et Laurence prend pieds dans la pente, réceptionnée par Fred. Elle s’enfonce dans la neige jusq’aux hanches en récupérant les sacs de réanimation, puis s’approche de Pierre.

Après un rapide bilan lésionnel faisant apparaître que notre patient a bien plus qu’un simple traumatisme crânien, l’équipe débute une réanimation médicale. Pierre est intubé, piqué, scopé. Le combat dure plus de trente minutes, dans des conditions très difficiles. L’hélico revient sur zone par deux fois, soulevant des tourbillons de neige mais nous amenant des bras supplémentaires. Les barres rocheuses se déchargent de leur neige avec le vent, et le matériel est recouvert de poudre en moins de temps qu’il ne faut pour l’ouvrir.

Devant l’absence complète de réponse aux diverses tentatives de réanimation, décision est prise à contre-coeur d’arrêter. Tout le matériel est rapidement remis dans les sacs, et le corps de Pierre est installé dans la perche de secours. Dragon revient treuiller l’équipe, la perche est descendue en bout de treuil sur les Sept-Laux et confiée au médecin de la station devant la dégradation des conditions métérologiques et l’arrivée de la nuit.

Pierre, tu avais 20 ans, et tu voulais faire de la montagne ton domaine. Celle-ci, devant l’amour que tu lui portais, a choisi une voie sans partage : celle qui a fait qu’elle t’a gardé pour elle-seule, pour la plus grande tristesse des tiens.

Réflexions
Nous sommes loin ici de la pratique irraisonnée du ski hors-piste telle que les médias aiment à la dépeindre. Il s’agit d’un groupe de montagnards conscient des risques qu’ils prennent, même si la notion de prise de risque peut prêter à discussion. Les conditions météorologiques et nivologiques ont été étudiées avec soins, l’équipement de chacun est complet (pelle-Arva-sonde-matériel technique et habillement), et les précisions techniques avant d’aborder les passages délicats reprécisées sur place avant chaque traversée. Il s’agit après de “l’Accident”...

Laurence Nivet - Médecin urgentiste en montagne

 

[HautPage]

 

Mots de Marie-Jo et Jean-Pierre


Récit du Docteur L.Nivet sur les circonstances de l'accident
 
TEMOIGNAGES
 
CEREMONIE
MUSIQUES ET TEXTES
 

CARNET DE ROUTE
TEXTES, RECITS, COURRIERS


LISTE DE COURSES
 
ALBUMS PHOTOS
 
EXPEDITION EN EQUATEUR
 

Envoyer un mail à Marie-Jo et Jean-Pierre

 
PAGE PRECEDENTE