- ALBAN - LUCIE - JOSEPH - JEREMY - JULIAN - JULIEN - LAURE
- HELOISE - REMY - ROMAIN - DANY - HUGUES - NADETTE - VERA
témoignage de ROmain

J'ai connu Pierre en deuxième année et plus particulièrement par l'intermédiaire d'un ami commun (N. C. qui fait de l'escalade). Nous étions en Danse ensemble mais pas dans le même groupe, bref déjà dans ces moments de franche camaraderie, je compris que Pierre n'était en aucun cas quelqu'un d'ordinaire. Nous avons passé ensemble toute la 2ème année dans les même activités : musculation, danse, natation .... Ces moments étaient pour moi extraordinaires car nous étions, moi et Pierre, les principaux acteurs des délires du groupe. On se démarquait des autres par notre humour complice et notre folie de l'extravagance… Nous formions avec N. déjà un noyau dur mais par la suite, ma complicité avec Pierre s’est accentuée en troisième année lorsque que N. a redoublé.

Pierre était pour moi un frère. Nous étions liés comme les deux doigts de la main. Si les gens croisaient Pierre, ils se doutaient que je n'étais pas bien loin et vice versa. Nous étions toujours assis l'un à côté de l'autre en cours, et si jamais il arrivait en retard nous avions des signes distinctifs comme des sons pour s'appeler dans les amphis. Sinon je lui réservais toujours sa place à côté de moi. En dehors des cours, nous mangions quasiment tous les midis ensemble. Il me racontait ses exploits du week-end et sa vie privée ; et moi je lui disais mes résultats de course - en triathlon. Nous étions, je pense, très fiers l'un de l'autre, et de nos exploits.

Je vous écris quelques pensées qui me viennent subitement à l'esprit mais ce ne sont que des gouttes d'eau par rapport au lac qui reste ancré dans mon esprit. J'ai toujours été là pour Pierre, que ce soit d'un point de vue scolaire (je vérifiais toujours ce qu'il faisait pour qu'il ne se trompe pas et si jamais il n'avait pas compris quelque chose, j'étais toujours là pour lui)… ou d'un point de vue moral (lorsque certains jours, il n'était pas sûr de lui je le rassurais en lui disant que tout allait bien se passer). A l'inverse, Pierre fut aussi toujours présent pour moi dès que j'avais un souci ou un problème je savais qu'il allait m'aider à le résoudre. Nous étions complices tout simplement.

Le jour où j'ai appris son décès, j'ai reçu un coup de poignard au plus profond de mon cœur. Qui avait pu m'enlever mon ami, mon Pierre si fort et aussi robuste qu'un rocher? Je me suis écroulé. Pour moi la vie était injuste. Comment revenir en cours sans Pierre lorsque, pendant 2 années il a été à mes côtés? Les premiers jours furent horribles mais mon amie Ch. m'a soutenue du mieux qu'elle a pu et mes parents m'ont entouré ainsi que ma petite amie… afin de limiter ma tristesse. Mais ce fut dur et le seul remède que j'ai trouvé, passa par une augmentation de ma pratique sportive pour essayer d'oublier.

Je dois vous laisser, demain je dois me lever tôt. Nous nous sommes déjà rencontrés une fois : vous nous aviez croisés, moi et Pierre en face du musée de Grenoble à la station - essence et je suis monté dans votre voiture pour que vous nous emmeniez dans le centre ville où je devais acheter un livre d'anglais avec Pierre…

Voilà la formulation de mon texte reste à désirer mais l'important pour moi réside dans le contenu.
A bientôt.

Romain C. (UFRAPS)

 

[HautPage]

 

Mots de Marie-Jo et Jean-Pierre


Récit du Docteur L.Nivet sur les circonstances de l'accident
 
TEMOIGNAGES
 
CEREMONIE
MUSIQUES ET TEXTES
 

CARNET DE ROUTE
TEXTES, RECITS, COURRIERS


LISTE DE COURSES
 
ALBUMS PHOTOS
 
EXPEDITION EN EQUATEUR
 

Envoyer un mail à Marie-Jo et Jean-Pierre

 
PAGE PRECEDENTE