- Chanson pour Pierrot Fabien PASSARO, Emmanuel BAZOGE (Equipe départementale FFME)
- Courrier de Pierre à ses parents : Chimborazo je te maudis !... lu par Joseph BRUNET
- Cascade de glace, lettre à Fred lu par Fred AUVET (Responsable FFME)
- Récit d'une ascension : la Meije lu par Jérémy BENSA

- Témoignage de Xavier CRET à la Chapelle de Villar d'Arène

De : froment pierre
À : BOURRIOT-FROMENT <MJ.FROMENT@wanadoo.fr>
Date : mardi 23 juillet 2002 11:39

CHIMBORAZO, JE TE MAUDIS !lu par Joseph

Salut papa, maman et tout le monde.
Hier, j'étais au Cotopaxi avec Jo et José Luis, notre guide équatorien.
Réveil à minuit, départ à une heure du matin. Au début tout le groupe marche ensemble, puis on cramponne.
Sylvain prend avec lui un couple, Michelle et Pierre. Un guide équatorien, Franchesco est parti une heure avant nous avec Catherine, la plus faible du groupe, pour qu'elle ait le temps d'arriver au sommet.
Il y a encore deux cordées sans guide car les dirigeants, Stéphane et Thierry sont très expérimentés.
Pour doubler tout le monde, José nous fait couper la trace et nous fait passer en plus dans un mur de glace. On utilise donc la lame du piolet et les pointes avant des crampons. Ce poil de technique en plus, à plus de 5000 m me ravit mais me fatigue.
La montée qui suit est longue et fatigante, José marche à fond, vers le sommet on s'arrête toutes les deux minutes. Et enfin nous y sommes. Nous avons mis 6h alors que les autres ont mis 6h30. La vue du cratère est splendide. José parle très bien français, et prête son portable à Joseph qui appelle son père du sommet du Coto. Et oui ! en Equateur, avec un portable, on peut téléphoner de n'importe où.
Je n'ai pas mal à la tête. Et puis on décolle car il fait très froid. En arrivant au Refuge, je suis fatigué. Mais pas autant qu'au Pelvoux. Je pourrais encore marcher mais je commence à tituber. José me dit, "le mont Everest est 50
fois plus dur". José nous quitte, cela fait trois jours que nous sommes avec lui, il me donne son adresse e-mail.
Catherine me dira plus tard qu'il était très content de faire le Cotopaxi avec des jeunes comme nous et qu'il s'est bien amusé dans la glace. Cela lui a redonné de la vigueur, car il a perdu son père, il y a peu de temps.
Transfert en bus à Baños. Une journée de repos va nous faire du bien.
Je dis à Jo, "il nous reste le plus dur".
Le soir à l'hôtel, il y a à l'entrée une photo du Chimbo. Je demande à Sylvain
par où on va passer : « on verra au repas ».
Au repas, il nous annonce qu'il a passé 3/4 d'heure au téléphone avec un guide d'Allibert qui en revenait tout juste. "Les 2/3 de la montagne sont en glace, la montagne est trop difficile, on n'ira pas..."
On pourrait y aller mais pour cela, Sylvain est obligé de choisir ceux qui iront car certains sont trop faibles techniquement. Les 4 qui pourraient y arriver sont Stéphane, le plus fort du groupe,- plus que Sylvain -, Thierry, Jo et moi. Mais Sylvain trouve cela injuste que 4 fassent le sommet et que les 6 autres attendent au refuge,- ce que je comprends -, cela pourrait entraîner des tensions dans le groupe, où nous nous entendons bien.
Je pleure et passe la soirée dans la chambre, Bruno, un membre du groupe, - le plus sympa - vient me consoler.
L'ascension sera remplacée par le Cayambé, 5790 m. C'est une course plus dure que celle du Chimborazo dans des conditions normales.
Aujourd'hui, ça va mieux, car le Cayambé est coté AD (assez difficile), au dessus de 5000, cela promet, même si on est déçu, on ne rentrera pas bredouille. Le Chimbo normalement PD (peu difficile) est actuellement TD (très difficile). Il nous aurait fallu beaucoup plus de temps. Je suis content d'avoir rencontré certains membres du groupe car des choses sont prévues pour la saison. Je vous parlerai de cela au retour.
Ciao

Pierre

 

[HautPage]

 

Mots de Marie-Jo et Jean-Pierre


Récit du Docteur L.Nivet sur les circonstances de l'accident
 
TEMOIGNAGES
 
CEREMONIE
MUSIQUES ET TEXTES
 

CARNET DE ROUTE
TEXTES, RECITS, COURRIERS


LISTE DE COURSES
 
ALBUMS PHOTOS
 
EXPEDITION EN EQUATEUR
 

Envoyer un mail à Marie-Jo et Jean-Pierre

 
PAGE PRECEDENTE