- Chanson pour Pierrot Fabien PASSARO, Emmanuel BAZOGE (Equipe départementale FFME)
- Courrier de Pierre à ses parents : Chimborazo je te maudis !... lu par Joseph BRUNET
- Cascade de glace, lettre à Fred lu par Fred AUVET (Responsable FFME)
- Récit d'une ascension : la Meije lu par Jérémy BENSA

- Témoignage de Xavier CRET à la Chapelle de Villar d'Arène
Courrier de Pierre a fredlu par Fred

Salut Fred, j'écris parce qu'il m'est arrivé une petite anecdote bien marrante en cascade :
Comme je te l'ai dit, je devais cette semaine faire de la cascade...
- Dimanche : tout s'est bien passé, on y va molo parce que c'était la première fois qu'on était autonome, et la première pour moi en tête. Malgré les -10°C, la journée a été bonne et c'est bon le soir de rentrer alors qu'on est déboîté et que l'on sait que l'on va se casser le bide.
- Lundi : on décide d'assurer plus notre sécurité que la veille, on broche plus régulièrement et c'est pas facile...
- Mardi, aujourd'hui : je pars en premier, je réussis à gravir un petit raidillon tout en assurant ma sécurité. Le relais est à ma gauche, je dois traverser la cascade pour l'atteindre. A ce moment, une cordée du dessus fait tomber un bloc que je me prends en plein dans la gueule (j'avais le casque). Sur le coup, j'ai pas trop pigé, je suis con parce que j'aurais du attendre que la cordée du dessus passe le ressaut, je me suis reconcentré sur le relais, quand soudain du sang tombe sur la cascade, bizarre...
J'arrive au relais pour faire monter mon second, qui jugera si je suis apte à continuer ou non. Quand un CRS se dirige vers moi et me dit: "fais voir ta tête, mouais, au moins 5 points de suture, je te fais descendre en moul". J'insiste pour continuer, il me dit que c'est pas la peine, qui faut que j'aille à l'hosto, il me fait descendre, il me déséquipe. J'appelle le guide chez qui je loge. Il arrive et m'emmène voir le médecin, qui est en fait une médecin et qui n'est franchement pas mal du tout. J'arrive, je m'allonge comme un bourrin sur la table de diagnostic. La gentille dame commence à me dire qu'il serait mieux que j'enlève mes chaussures ainsi qu'une couche de vêtements ou deux car je risquais d'avoir trop chaud. Pas de problème. Pendant qu'elle intervient, elle me dit que j'ai oublié de me raser ce matin et que ma peau "d'homme" (nan, c'est vrai) est trop dure pour son aiguille... Bref, 30 minutes plus tard, je sors avec quelques médicaments et 8 points de suture.

Conclusion : c'était une bonne journée :
- je me suis pris un bloc sur le coin de la gueule, et c'est bien fait pour moi, je n'avais qu'à ne pas m'engager avant que la cordée ne passe le ressaut, voire ne pas m'engager du tout
- j'ai passé un bon moment avec "le docteur"
- je me suis cassé le bide à midi, alors qu'on avait prévu de ne pas manger
- je retourne en cascade après demain (normalement, ou sinon ça sera du ski, j'espère ne pas terminer à Espace)

L'idéal : si je m'étais pris le glaçon en fin de journée (vers 16h-17h), cela aurait été mieux, ma journée de grimpe n'aurait pas était pourrie, j’aurais aussi vu le médecin.

Voilà, peut-être que mon roman t'a saoulé, mais c'est pour moi une journée peu ordinaire, donc mythique.
Salut,

Pierro

 

[HautPage]

 

Mots de Marie-Jo et Jean-Pierre


Récit du Docteur L.Nivet sur les circonstances de l'accident
 
TEMOIGNAGES
 
CEREMONIE
MUSIQUES ET TEXTES
 

CARNET DE ROUTE
TEXTES, RECITS, COURRIERS


LISTE DE COURSES
 
ALBUMS PHOTOS
 
EXPEDITION EN EQUATEUR
 

Envoyer un mail à Marie-Jo et Jean-Pierre

 
PAGE PRECEDENTE